Quel prix l’Europe doit-elle payer pour la reconstruction de la Syrie ?

MICHEL DUCLOS et YEZID SAYIGH

publié dans ORIENT XXI

Orient XXI è una rivista francese on-line, gratuita e indipendente, che si occupa di Oriente, con articoli di attualità e approfondimenti. La sua redazione è formata da giornalisti, ricercatori, ex diplomatici e attivisti, in grado di fornire una chiave di lettura imparziale e veritiera su una parte del mondo vittima di pregiudizi e luoghi comuni.

Qui una riflessione sul ruolo dell’Unione Europea nella ricostruzione della Siria, all’indomani del terribile massacro nell’area di Idlib.

Michel Duclos. — Y a-t-il place pour un « levier économique »1 permettant de parvenir à une solution politique en Syrie ? La réponse peut être oui à une condition très claire : les programmes de stabilisation et surtout de reconstruction ne doivent être déclenchés que lorsque Bachar Al-Assad et son régime auront laissé la place à des autorités de transition inclusives. À défaut, les financements consentis iraient dans la poche des membres de la famille Assad et serviraient essentiellement à perpétuer le pouvoir responsable de la destruction du pays. N’est-ce pas là le prix à payer pour obtenir un minimum de stabilisation ? Dans une perspective française, c’est difficile à soutenir, car il est clair que le régime ne changera pas sa méthode de gouvernement. La répression continuera de produire la révolte et d’alimenter le terrorisme. Il ne peut y avoir de stabilisation avec Assad, en tout cas pas après six années de conflit particulièrement meurtrières.

Tout le problème vient de ce qu’on se trouvera vraisemblablement dans une situation ambiguë : celle d’un accord imparfait ouvrant la voie à une fausse transition ou à une transition en trompe-l’œil. La tentation existera certainement, pour les Européens notamment, d’accorder au régime de Damas et à ses soutiens le bénéfice du doute.

Si les autorités françaises sont particulièrement méfiantes, c’est qu’elles sont instruites par l’expérience : à deux reprises, sous Jacques Chirac au début des années 2000 et sous Nicolas Sarkozy en 2008-2011, elles ont tendu la main à Bachar Al-Assad, et à deux reprises celui-ci les a trompées. Le régime syrien ne peut en aucun cas à leurs yeux se montrer un partenaire fiable. Sans transition réelle, pas de financement de la reconstruction du pays possible, car en fait pas de vraie reconstruction possible.

LIRE L’ARTICLE



Sosteneteci. Come? Cliccate qui!

associati 1

.